Culture et Loisirs

Publié le vendredi 29 juin 2018

Ouvrez les portes du nouveau musée…

Laissez-vous accompagner sur les traces des mineurs. Abel, Bautista, Jules, Louis, René, Stanislas, Victor… Tous sont venus travailler dans le bassin minier de Faymoreau dès 1827 pour extraire le charbon, or noir de l’époque. Pendant 130 années, ces hommes d’ici et d’ailleurs, ont rythmé la vie de la petite cité ouvrière jusqu’en 1958, année de la fermeture des mines.

Soixante ans plus tard… Poussez les portes du nouveau musée… De la salle des pendus au « fond » de la mine puis au « jour », revivez l’aventure industrielle et humaine des gueules noires de la région !

Un voyage encore plus étonnant au pays du charbon de Vendée et des Deux-Sèvres !
Un nouveau parcours de visite, sept haltes thématiques… pour une plus grande immersion dans le monde de la mine !

Halte 1 : la saga de l’industrie houillère vendéenne et deux-sévrienne
Partez pour un incroyable voyage dans le bassin minier de Faymoreau, de St Maurice des Noues à St Laurs dans les Deux-Sèvres, de la découverte du charbon à son exploitation !

Halte 2 : le parcours du mineur
De la salle des pendus au puits d’aération, en passant par la lampisterie et la mine, devenez mineur ; explorez son parcours, son équipement et ses conditions de travail au fond.

Halte 3 : le carreau de la mine
Après la « descente » dans la mine reconstituée, découvrez la vie au jour sur le carreau du puits Bernard ; métiers, installations, production et techniques d’exploitation.

Halte 4 : les débouchés du charbon
Verrerie, centrale électrique, fours à chaux… ont vu le jour à Faymoreau et dans sa région pour consommer le charbon extrait sur place.

Halte 5 : les hommes au travail
Personnel, conditions de travail, syndicats et mouvements sociaux, salaires… découvrez la vie de ces hommes au travail.

Halte 6 : les hommes dans les corons
La mine : une histoire industrielle mais surtout humaine ! Laissez-vous raconter la vie dans la cité ouvrière, l’habitat, les loisirs…

Halte 7 : la géologie (automne 2018)