Histoire des mines

Georges Suire, mineur au puits du Centre, cliché anonyme, crédits photo Centre Minier de Faymoreau

Du charbon, des mineurs et des corons ? Le saviez-vous ? 

De 1827 jusqu’en 1958, des hommes, leurs fils et leurs petits-fils sont descendus dans les entrailles de la terre au péril de leur vie, pour extraire « l’or noir » de l’époque.

1827

Un sabotier découvre par hasard du charbon, à Marillet, près de Faymoreau, en creusant un puits près de sa maison. De là commence pour toute une région, de Saint Maurice des Noues (Epagne) à Saint Laurs dans les Deux-Sèvres, une grande aventure qui durera 130 ans.

1836

Une verrerie est créée pour consommer, sur place, le charbon de faible qualité destiné à alimenter les fours. Elle produit jusqu’à un million de bouteilles pour les régions de Cognac et Bordeaux, des bocaux ainsi que des cloches à jardin. D’autres entreprises consomment le charbon de Faymoreau dans le bassin minier : tuileries, briqueteries, fours à chaux…

1840

La Société des Mines de Faymoreau, qui exploite le charbon dans le bassin, bâtit dans la commune le premier coron pour loger les mineurs et leurs familles. Quelques années plus tard, le village minier de Faymoreau se développe avec la construction du quartier de la direction, de la Chapelle des Mineurs, des corons de la haute et de la basse terrasse, des écoles…

1869

Le chemin de fer arrive dans la région ! La ligne Angers – Niort, qui traverse tout le bassin minier de Faymoreau, ouvre de nouveaux débouchés.

1922

L’électricité est distribuée dans le Sud-Vendée, dans les Deux-Sèvres et dans le nord de la Charente-Maritime, grâce à la construction de la centrale électrique de Faymoreau, qui dope la production de charbon. Une main-d’œuvre étrangère afflue de toute l’Europe et principalement de Pologne. La commune de Faymoreau compte plus de 1 000 habitants !

1950

La centrale électrique s’arrête, le gisement de charbon s’épuise…

1958

La mine ferme définitivement le 28 février.

Encadré : Les mines de Faymoreau, histoire d’un site industriel en Vendée 1827-1958, Damien Hurier, 2007, en vente à la boutique du musée.

undefined

 

Présentation du projet touristique et culturel

1 CMF Hotel des minesFort de son passé industriel, le Conseil municipal de Faymoreau décide en 1995, de lancer un grand projet touristique et culturel, afin de faire revivre et développer la commune.

1999

Réhabilitation du restaurant « Hôtel des Mines ».

2000

Ouverture du musée dans l’ancien dortoir des verriers. Site de la Communauté de Communes Vendée Sèvre Autise.

2001

Création des vitraux de Carmelo Zagari à la Chapelle des Mineurs.

2001

Aménagement de l’étang de la digue, lieu de pêche de 6 hectares avec construction d’un ponton communal.

2002

Mise en place du « chemin de la mine », circuit de randonnée pédestre (12 km) et d’une piste cyclable en lien avec « Vendée Vélo ». Mise en place d’une Zone de Protection du Patrimoine Architectural Urbain et Paysager (aujourd’hui Aire de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine) pour préserver les corons et le site bocagé.

Encadré : Supplément Revue 303, 2001, en vente à la boutique du musée.

Présentation du site

1 CMF Bache frontonAujourd’hui, l’histoire minière ne se laisse pas oublier. Les corons sont encore habités, les jardins ouvriers cultivés, les vitraux de Carmelo Zagari illuminent la Chapelle des Mineurs et le musée, situé dans l’ancien dortoir des verriers, témoigne de cette grande aventure du charbon dans le bassin minier de Faymoreau.

Un voyage au centre de la mine : 4 visites pour remonter le temps…

Encadré : Supplément Revue 303, 2001, en vente à la boutique du musée.

Localisation